compagnes d'hommes homosexuels
suisse

 

 

Notre sujet, nos objectifs

Beaucoup d'homosexuels sont mariés - nous parlons pour leurs femmes et pour les enfants.
D'après une estimation récente la moitié des homosexuels sont mariés ou vivent avec une femme hétérosexuelle. Mais ce fait est toujours tabou.
Il doit y avoir en Suisse des dixaines de milliers de familles concernées. Nous sommes les partenaires, les enfants, les familles concernés. Nous offrons des conseils personnels, par téléphone, par e-mail ou conversation en tête à tête. Nous organisons des journées de rencontres et nous soutenons des groupes d'entr'aide pour toutes les personnes concernées en Suisse et dans les régions voisines. Nous mettons nos informations à la disposition des thérapeutes, des conseillers et des personnes intéressées et nous sommes prêts à donner des interviews pour lancer une discussion publique aussi nuancée que possible.

Un choc pour la famille entière.
De nos jours le coming-out est devenu plus facile pour les hommes et les femmes homosexuels. Notre société est enfin devenue plus tolérante à cet égard. Mais s'il s'agit d'un mari ou d'une femme mariée qui par cet acte a retrouvé sa liberté individuelle, la famille entière se trouve dans une situation difficile.

Les femmes se sentent isolées.
Pour les femmes concernées c'est un choc qui les obsédera pendant des années, quelquefois pendant toute leur vie. Les femmes se sentent paralysées, isolées et stigmatisées. Beaucoup d'entre elles n'osent plus prononcer le mot "gay" ou homosexuel. Elles ont honte et craignent qu'on ne les prenne pas au sérieux ou qu'on leur attribue la responsabilité pour le comportement sexuel de leur mari.

L'identité féminine blessée.
Les femmes ne se sentent plus sûres de leur identité. Comment est-il possible que je n'aie rien remarqué? Est-ce que je ne suis pas normale en quelque sorte? Est-ce qu'il m'a été possible de vivre ma vie de femme et de m'y épanouir?

Le conflit pour les enfants.
Les enfants concernés ont un problème grave. La confusion et le silence à l'intérieur de la famille pèsent et il leur est presque impossible de parler avec d'autres, parce que cela signifierait un coming-out des enfants au moins aussi difficile que celui de leur père. Comment se comporter, avec qui parler?

Le tabou fonctionne, l'entourage se tait.
L'entourage ne tient pas compte de la situation difficile. La société voit surtout la libération de l'homme homosexuel qui a enfin trouvé son identité. On dit aux femmes que beaucoup de femmes sont trompées par leur mari, qu'il n'y a là rien d'extraordinaire. Le divorce existe, cela est dur et triste. Mais ici il s'agit en surplus d'un tabou. Une interdiction de parler plane sur toutes les personnes concernées. Cela ne doit pas exister, c'est fondamentalement faux, on n'en parle pas. Souvent, les personnes concernées finissent par se taire, souvent après peu de temps. Les femmes et les enfants se sentent délaissés, trompés, passés sous silence.

Avec qui les femmes peuvent-elles, doivent-elles parler?
Les femmes concernées se retrouvent devant un choix terrible: ou elles acceptent la dissimulation pratiquée par le partenaire et se renferment en elles-mêmes, ou elles sont obligées à un coming-out dans leur propre famille, avec les voisins, vis-à-vis du médecin de famille, des instituteurs de leurs enfants, de la conseillère familiale. Cela demande beaucoup de courage, cela provoque des émotions, cela demande de nouvelles explications, un nouveau langage, et les réactions de l'entourage sont imprévisibles.

Pour les enfants il est particulièrement difficile de parler de leur situation.
Il est particulièrement difficile pour les enfants et les adolescents de parler de leurs problèmes avec leurs camarades du même âge ou avec des adultes, car
dans leur entourage les clichés et les préjudices sont encore plus forts. Leur besoin d'adaptation, d'être acceptés par le groupe d'enfants du même âge est très fort quand ils sont jeunes. Le mot "gay" est souvent utilisé - et ressenti - comme insulte à cet âge. Et comment vivre avec l'idée qu'on a un père homosexuel? Des problèmes scolaires, l'isolement et le repli en soi sont souvent le résultat de ces difficultés.

Danger de contagion
Les partenaires sont menacés par la contagion avec le virus VIH, la syphilis et l'hépatite B. Ce danger est particulièrement grand tant que les hommes mènent une vie double. Même si les femmes ont des raisons de soupçonner - ou même des preuves pour - le comportement de leur mari, elles n'osent souvent pas parler ouvertement avec lui et n'osent pas insister sur l'usage du préservatif. Cela ne correspond pas à leur idée du mariage et elles n'osent pas formuler leur soupçon qu'il pourrait avoir de multiples contacts sexuels avec des partenaires interchangeables. Et les hommes ont peur d'avouer leur homosexualité. Ils ont peur de perdre leur famille et leur rénommée et ainsi ils ferment les yeux devant la possibilité d'une contagion pour eux-mêmes ou pour leur femme.
Le danger d'une infection est donc particulièrement grand dans ce groupe de personnes. Le tabou pèse sur tous, sur toute la société.